La ville de Québec

La ville de Québec (800 000 hab.) est la deuxième ville la plus peuplée du Québec après Montréal. La capitale de la province est située à 3 bonnes heures ; j’opte pour un covoiturage et me voici débarquée à Québec pour quelques jours dans cette ville marquée par 4 siècles d’Histoire. Alors, qu’est-ce que j’y ai vu? qu’est-ce que j’y ai fait ? 

Le Vieux-Québec est divisé en une ville haute et une ville basse, entre les deux, ça grimpe bien! C’est une ville que j’ai beaucoup apprécié ! Pleine de charme et propice à la flânerie, j’ai apprécié m’y balader et découvrir, au hasard de mes pas, ses jolies rues pavées et colorées, ses maisons mansardées et ses petites boutiques d’art.

Mais avant de poursuivre, un petit saut dans le passé s’impose. Choisie en 1620 par Samuel de Champlain, le fondateur de la ville, la géographie du lieu est primordiale. La ville-haute revêt dès le début de la colonie un caractère militaire et administratif : les hauteurs stratégiques du cap Diamant qui surplombe le fleuve St Laurent ont déterminé sa vocation. La Haute-Ville est habitée par les militaires, les fonctionnaires et les membres du clergé alors que la ville-basse se peuple de commerçants et d’artisans.

Le Vieux-Québec, la « ville haute »

C’est le coeur historique de la ville. Le site est reconnu comme patrimoine culturel du Québec et est listée au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1985. Encerclé de 4,6 km de remparts (on peut y monter sauf là en hiver), on accède au centre de la ville en passant par l’une des 4 portes situées sur le réseau de fortifications.

Le centre-ville est plutot agréable à découvrir et se visite assez rapidement.

L’administration publique et les institutions occupent encore une place de choix au cœur de la ville. Des édifices en témoignent: le Parlement de la Province, l’Hôtel de ville ou encore la Basilique-Cathédrale Notre-Dame de Québec.

J’accède enfin au symbole de la ville de Québec. Le Château Frontenac. C’est en réalité un hôtel de luxe, et même le plus photogaphié au monde! Il ne se visite pas mais il est possible d’entrer dans le hall. A ses pieds, la terrasse Dufferin est un endroit agréable pour flâner et prendre le temps d’admirer l’imposant bâtiment sous toutes ses coutures. La vue sur le fleuve St Laurent est à couper le souffle. (Enfin quand on n’est pas pris dans une tempête de neige!; il a fallu que je revienne le lendemain pour en profiter!)

Le Vieux-Québec, la « ville basse »

Le quartier du petit Champlain est situé dans la ville basse. On y accède soit par un des nombreux escaliers (l’escalier casse-cou par exemple…) soit par le funiculaire. C’est un quartier vraiment très charmant avec ses ruelles pavées, ses jolies petites maisons de pierre et ses boutiques.

Ce qui est sympa aussi, c’est de prendre le ferry pour Lévis, située sur la rive opposée du St Laurent. Je ne fais qu’un rapide aller-retour mais la vue vaut le détour!

Vue depuis Lévis

Je termine en prenant un peu de hauteur en visitant l’Observatoire de la Capitale, où, depuis le 31ème étage, je profite d’une vue à 360° sur la ville.

Québec, c’est aussi de très nombreux musées (pas vraiment ma tasse de thé…!) et de nombreux parcs qui doivent être magnifiques à la belle saison.

C’est ici que je teste ma première Poutine, dans un restaurant appelé Poutineville (ça ne s’invente pas 🙂 )Pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler, c’est le plat traditionnel québécois, constitué de frites et de fromage en morceaux (pas n’importe lequel, celui qui fait « couich couich sous la dent »… non, il ne faut pas chercher…) que l’on recouvre de sauce brune. On peut aussi l’agrémenter de ce qu’on veut (boeuf, bacon, guacamole, tomates…) C’est plutôt bon, et ça tient bien au ventre. Apparemment, c’est le plat parfait pour les fins de soirée bien arrosées…

C’est aussi à Québec qu’au cours d’une super soirée dans le bar-resto souterrain des Voûtes Napoléon, je découvre le principe des boîtes à chansons. C’était à l’origine des petites salles exigües où les chansonniers québécois se succédaient. Là, nous avons eu droit à deux super chanteurs, avec la possibilité de leur demander n’importe quel titre. C’était franchement étonnant d’entendre le public québécois chanter à tue tête d’anciennes chansons françaises, de Charles Aznavour ou Joe Dassin par exemple! Expérience inédite et chaleureuse. Bonne humeur garantie!


Visiter la ville de Québec est un incoutournable et deux jours suffisent à en faire le tour. C’est une ville en Amérique du nord qui ressemble aux vieilles villes que j’avais visité en Europe avec un vieux centre ville historique, des petites ruelles, des vieux remparts et une citadelle. Même si elle fait moins dynamique que Montréal, et plus « famille », elle saura charmer tous ceux qui viennent y faire un détour!

  • Je m’appelle Fanny et j'ai 30 ans. Curieuse de nature, j'aime les sensations que procurent les voyages, la photographie, les jeux vidéos, dessiner, l'honnêteté et la couleur rouge :).Je débute une nouvelle aventure au Canada. Tu pourras suivre sur ce blog mes aventures et découvertes nord-américaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*