Laos : quelques jours à Luang Prabang

Luang Prabang est un port fluvial situé sur le Mékong, 210 kilomètres en amont de Vientiane, l’actuelle capitale du Laos. La ville est exceptionnelle à la fois pour la richesse de son patrimoine architectural et artistique qui reflète la fusion de l’architecture urbaine traditionnelle Lao avec celle de l’époque coloniale. Impossible de venir au Laos sans lui consacrer quelques jours. Voici ma sélection des 5 plans incontournables à faire lors d’une visite de Luang Prabang.

Après deux jours de croisière sur le Mékong (par ici pour lire l’article), j’arrive en fin a Luang Prabang.

Enchâssée dans un environnement montagneux au nord du pays, le climat y est plus frais et la difficulté d’accès lui a permis à Luang Prabang de garder son aspect originel et typique. Un vrai écrin de verdure. Peu peuplée, environ 50 000 habitants, elle s’est ouverte au tourisme depuis les années 1990. Partons à la découverte de cette ville, inscrite à l’inventaire des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1995.

IMG_5460

img_0643

De nombreuses légendes accompagnent la création de la ville dont celle qui raconte que Bouddha aurait souri lorsqu’il se reposa à cet endroit au cours de l’un de ses voyages en annonçant qu’une capitale riche et puissante s’y élèverait un jour. La ville est devenue, du XIVe au XVIe siècle, la capitale du puissant royaume de Lane Xang (royaume du million d’éléphants), dont la richesse et l’influence étaient liées à son emplacement stratégique sur la route de la soie. Luang Prabang tient son nom d’une statue de Bouddha, le Prabang, offerte par le Cambodge.

Après l’instauration du protectorat français en 1893, qui a suivi une période de turbulences ayant vu la division du pays en trois royaumes indépendants, Luang Prabang est redevenue capitale royale et religieuse sous le règne du roi Sisavang Vong. Elle a joué ce rôle jusqu’à ce que Vientiane devienne capitale administrative en 1946.

img_5454

Beaucoup de maisons traditionnelles Lao subsistent ; elles sont construites en bois en utilisant des techniques anciennes et des matériaux apportés par l’époque coloniale comme les panneaux de bambou tressé enduits de torchis. Des bâtiments coloniaux en brique, souvent avec des balcons et des éléments décoratifs en bois, bordent la rue principale et le Mékong.

img_5451

IMG_5401

IMG_5408
Ici, le passage de la France est encore visible

Activité #1 : assister au TAK BAT, la procession matinale des moines

Le moine bouddhiste ne vit que de l’aumône, il n’est pas rémunéré et n’a pas le droit de gagner de l’argent ou d’en dépenser. Il ne travaille pas et se consacre exclusivement aux tâches spirituelles, celles de prier et de protéger la population. Il dépendent exclusivement de la générosité et de la bonté des dévots pour se déplacer, se nourrir ou se vêtir.

Chaque jour de l’année, sans exception, les moines font le tour de la ville pour recevoir les offrandes des habitants. Pour y assister, il ne faudra pas craindre de se lever tôt, très tôt! Avec deux amies, dès 5h30, on commence à voir les luang prabangais sortir silencieusement de leurs demeures les pieds nus, la tête découverte. Ils s’agenouillent sur des tapis placés stratégiquement sur les trottoirs et préparent leurs offrandes, souvent un bol du premier riz de la journée fraichement préparé encore tout chaud, des fruits, des gâteaux et autres friandises. 6h00: On commence à percevoir au loin le bruit des gongs émanant des multiples wats (temples et monastères), marquant le début de la procession des moines à travers la ville encore fraîche. Les moines, drapés de leurs robes safran, les pieds nus, leur bol d’aumône traditionnel accroché en bandoulière, sortent à la queue leu leu des monastères en groupes de 10 à 20, du plus aînés au plus novice. Ils surgissent de la pénombre brumeuse tel des anges et défilent ainsi gracieusement en file indienne au son cristallin des clochettes dans un silence religieux. Tout le monde retient son souffle. Cette cérémonie authentique est comme une pièce théâtrale parfaitement chorégraphiée qui se répète à chaque lever de soleil baignant la cité sacrée dans une ambiance ocre aussi solennelle que chaleureuse.

IMG_5538

Peu avant 7h00: Aux premiers rayons du jour, les moines disparaissent comme des Ninjas furtifs fuyant la lumière du jour, pour se réfugier dans leurs temples respectifs et méditer. La cérémonie se termine aussi vite qu’elle a commencé, le brouillard se dissipe et la ville prend soudainement vie. Sur la rue principale, les premiers tuk-tuks se mettent à pétarader. Jouxtant l’ancien palais royal, le marché du matin est en pleine effervescence.

Activité #2 : se mêler aux locaux sur le marché du matin

Un bain de foule pour humer les odeurs des fleurs fraîches qui se mêlent à celles des fruits et légumes, épices et autres poissons grillés. Je m’arrête déjeuner et je me délecte pour la première fois depuis presque un an que je voyage, d’un VRAI croissant ! C’est jour de fête !

IMG_5380

IMG_5492
IMG_5486

IMG_5489

Activité #3 : découvrir les temples et monastères

Il y en beaucoup et il y en a partout (33 pour être exact). Il n’y a que l’embarras du choix. Mes préférés sont le Wat Xieng Thong, le temple de la Cité d’Or (le plus photogénique), le Wat Sene (le plus ancien) et le Wat Mai (le plus somptueux).

IMG_5437
Wat Xieng Thong
IMG_5481
Le Palais Royal

Activité #4 : se balader et faire du shopping dans le Night Market

Sur l’esplanade principale se dresse chaque soir les nombreux étalages du marché de nuit. On y vend toutes sortes de produits artisanaux allant du textile au whisky local (dans lequel macèrent des serpents, des scorpions et autre créatures venimeuses), à toutes sortes de petites babioles et souvenirs dont raffolent les touristes.

IMG_0668

Bien caché dans une petite ruelle, un stand où on peut manger pour 10 000 kips (1,50€ !!!) et se resservir à volonté. Plutôt sympa pour découvrir la cuisine laotienne!

IMG_0654

Activité #5 : se rafraîchir dans les cascades Tad Sae et Tad Kuang Si

À quelques minutes de la ville en tuk-tuk se dressent de superbes cascades. Une escapade dans ces merveilles naturelles est un must. Les cascades de Tad Kuang Si sont plus hautes et plus photogéniques mais aux cascades de Tad Sae en direction opposée, il est possible de se baigner et de laver son propre éléphant. Ici, on y rencontre beaucoup de locaux.

Plus de photos du Laos

–> c’est par ici


Luang Prabang est une ville sympathique à l’atmosphère particulière où j’aurai volontiers prolongé mon séjour. Largement influencée par son histoire coloniale, j’ai été étonnée de constater à quel point les Laotiens apprécient les Français. Dans les écoles, à la poste, les bâtiments publics, tout est traduit dans notre langue. La gastronomie est également largement inspirée de nos habitudes culinaires.  A l’inverse des autres villes asiatiques dans lesquelles je suis passée, ici, pas de concert de klaxons ou de cacophonie. Le paradoxe est assez marqué et stupéfiant. L’ambiance est paisible, respectueuse. Un petit coin de paradis qui appelle à revenir !

  • Je m’appelle Fanny et j'ai 30 ans. Curieuse de nature, j'aime les sensations que procurent les voyages, la photographie, les jeux vidéos, dessiner, l'honnêteté et la couleur rouge :).Je débute une nouvelle aventure au Canada. Tu pourras suivre sur ce blog mes aventures et découvertes nord-américaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*