L’aéroport, terrain de jeu de mes émotions

A l’heure où j’écris ces quelques lignes, seulement 5 petits jours me séparent de ma nouvelle aventure à Montréal. Le rituel qui m’attend à Charles de Gaulle, je le connais par cœur désormais. Zigzaguer parmi des centaines d’étrangers qui cherchent tout comme moi leur chemin dans les méandres de cet immense terminal international puis une salle d’embarquement, des contrôles et des milliers de kilomètres. Les aéroports, j’en ai arpenté 15 différents en 2016. Et vous savez quoi? J’adore ces lieux et l’ambiance spéciale qui y règne! On y vit des expériences fortes et parfois inédites!

« Le plus important, ce n’est pas la destination, mais les mésaventures et les souvenirs que l’on crée le long du chemin. » – Penelope Riley

Les premiers au revoir

J-5! Cette période me renvoie à mon départ en Australie, il y a 18 mois. C’était mon premier grand et long voyage. Pour m’épauler, ma sœur et son copain m’avaient accompagnés à Paris-Charles de Gaulle. Arrivés à l’aéroport, il n’a pas été aisé de partir seule sans regarder derrière une toute dernière fois. Plusieurs sentiments se sont entrechoqués au moment de se quitter. J’étais une véritable girouette émotionnelle : de la certitude à l’hésitation, de la joie et l’excitation à la tristesse.

Je me souviens surtout m’être dit : mon cerveau ne va jamais réussir à envoyer aux muscles de mes jambes l’ordre de se détacher d’eux et d’avancer seule aux travers de ces portes, vers cet homme qui attend mon passeport.

Pourtant je l’ai fait. Et une fois la porte passée, une fois leurs silhouettes disparues, je pense qu’à cet instant précis j’ai eu une poussée de croissance. J’étais seule maître à bord, j’étais triste certes, mais j’ai su que tout irait bien. Finalement, je me suis engagée dans une aventure qui a été l’une des plus belles et enrichissantes expériences de ma vie; le début d’une odyssée à l’international caractérisée par la sortie de ma zone de confort.

Lieux de mon indépendance

Le fait est qu’à chaque fois, ces passages solitaires de ligne, de marquage au sol, de panneaux lumineux sont porteurs de sens. Une rupture ? Des retrouvailles ? Surtout le fait de pouvoir seule s’avancer vers un nouvel inconnu.

Je sais y pleurer quelqu’un que je quitte,  mais je sais surtout chercher le sourire de la personne que je retrouve! Indescriptible est le bonheur d’être accueillie à bras ouverts à Perth par les amis australiens avec qui j’avais sympathisé quelques mois plus tôt. Et retrouver ses proches après un an d’absence est tout autant intense. Ces souvenirs d’aéroports sont inoubliables!!

Dubaï, Sydney, Kuala Lumpur, Bangkok, Auckland, Siem Reap au Cambodge, Luang Prabang au Laos… Les aéroports sont devenus un terrain connu pour moi.

Un grand kiffe !

A mesure que j’ai voyagé, le stress de ces moments a diminué voire totalement disparu. Quand d’autres tapent du pied, l’aéroport est devenu pour moi un lieu de détente. J’ai toujours un livre dans lequel je peux me plonger et déstresser. Et pour le plus grand plaisir des voyageurs, les grands aéroports internationaux développent de plus en plus de divertissements.

Faire rimer attente et détente. A Singapour, pendant mon escale de 5h, j’ai profité des canapés et des grands écrans de télévision qui diffusaient les chaînes musicales internationales. Pour patienter, il y a même à l’étage un cinéma gratuit qui projette les derniers films, un jardin de plantes carnivores (oui, ouiii) et un toboggan de 12m. C’est troooop cool!! A Perth, Sydney ou Rome, on peut brancher son smartphone à des sièges qui ressemblent à de grosses bulles pour écouter tranquillement sa musique. A Paris, on peut profiter d’un salon HD, d’une salle de jeux et de consoles Playstation. On peut assister à une mini exposition à Athènes. Et presque partout, on peut profiter de sièges massant pour l’équivalent de 2€. Les aéroports internationaux ressemblent aussi de plus en plus à des centres commerciaux. Tout y passe, des simples babioles aux magasins de sport, d’électronique, aux bijouteries, en passant par les cafés et les restaurants aux spécialités du monde entier.

Des lieux d’échanges. Oh combien j’aime l’attente à l’aéroport, c’est un moment spécial. Un entre deux toujours agréable (enfin, si on n’a pas à courir après son avion!). J’avoue, j’apprécie désormais ces moments à observer silencieusement les autres voyageurs. A m’imaginer leur vie, le pourquoi de leurs déplacements, d’où ils viennent. On est tous liés dans l’attente. Facile de trouver des personnes avec qui discuter lorsqu’on est tous dans la même situation… Et rien de mieux qu’une bonne conversation avec des inconnus pour faire passer le temps, non ? Les gens sont souvent ouverts à la discussion. Comme à Rome où j’ai rencontré une Grecque qui se rendait comme moi à Athènes et qui m’a donné pleins de tuyaux sur sa ville et son pays. Ah ! l’entraide entre voyageurs, c’est toujours sympa et rassurant!

Un peu de confort

Pour toutes les raisons précédentes, je crois que je me verrai assez bien vivre dans un aéroport, si, tu sais, comme Tom Hanks dans le film le Terminal. Quoi ? Qui a dit douche gratuite ? Et EAU CHAUDE ??

Et oui, en voyage, les aéroports ça rime aussi avec confort (oui, je sais, ça sonne bizarre à celui qui n’a jamais ou peu voyagé!). C’est chauffé, ou climatisé selon la saison. On peut prendre des douches. Il y a des prises partout pour brancher ses appareils électroniques (c’est parfois même la ruée sur les prises tant convoitées). J’étais la plus heureuse à Darwin en Australie, de pouvoir regarder un film sur mon PC, comme quoi il en faut peu! Et il y a du Wifi … J’aurai sûrement dû commencer par ça d’ailleurs 😉

Après tout ça, quand on a bu, mangé, joué, écouté sa musique jusqu’à presque totalement décharger la batterie de son portable (pas grave si on a remporté la fameuse place près des prises hein 😉 ), on peut dormir. Bon, ça n’est pas vraiment le meilleur endroit, mais ça n’est pas impossible non plus. Qui ne s’est jamais allongé par terre, se servant de son sac comme oreiller pour trouver un peu de repos ? A Dubaï, j’avais 7h d’escale de 23h à 6h, je peux vous assurer qu’à l’aéroport, vous n’êtes jamais seul à dormir à l’arrache ! (Il existe même un site internet -canadien- qui décerne chaque année les Oreillers d’Or en établissant un classement des 10 meilleurs et des 10 pires aéroports de par le monde, jugés sur leur hospitalité). Pour moi, l’aéroport c’est aussi ça, le symbole de liberté. Je dors par terre, et alors?

Et puis quand on n’arrive pas à dormir, on peut toujours faire des courses de valises … 🙂

Des lieux impersonnels mais témoins de tant d’histoires

Ou je veux en venir? J’en viens que dans 5 jours, je vais à nouveau franchir ce bureau d’immigration, cette barrière, et vivre à nouveau tout un tas d’émotions, de larmes, de plaisirs et de nouvelles aventures.

Ce qui était au départ un lieu d’émotions négatives, où la tristesse de se quitter se mêlait à l’incertitude de ne pas savoir quand on pourra revenir et aux regrets de rater quelque chose le temps qu’on sera parti est finalement devenu un lieu à part, où je me sens bien.

Je dirais même un lieu plein d’espoirs ! Où l’excitation de se retrouver et le plaisir de partir à la découverte d’un autre monde sont presque aussi forts que la hâte d’arriver, que le trajet finisse et que les amis ou la famille viennent nous rendre visite.

L’aéroport, un lieu où les employés indifférents n’ont rien à faire de la poésie du voyageur….

  • Je m’appelle Fanny et j'ai 30 ans. Curieuse de nature, j'aime les sensations que procurent les voyages, la photographie, les jeux vidéos, dessiner, l'honnêteté et la couleur rouge :).Je débute une nouvelle aventure au Canada. Tu pourras suivre sur ce blog mes aventures et découvertes nord-américaines.

  • La ville d’Albany

    La petite ville d’Albany (25000hab.) est mon véritable coup de coeur, au centre d’une région riche de nombreux parcs nationaux et points […]

  • Roadtrip de 2 semaines en Grèce continentale

    Quand on pense à la Grèce, hormis sa capitale Athènes, on pense surtout à Santorin, Myconos, Hydra et toutes les […]

  • #4 Roadtrip : 3 semaines en Tasmanie

    Petite pause dans mon tour de l’Australie. Arrivée à Melbourne fin février 2015, je découvre la Tasmanie, état australien situé […]

  • La ville de Perth

    Perth est la capitale de l’Etat d’Australie Occidentale. C’est aussi l’une des villes les plus isolée au monde, située à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*