8 questions et affirmations autour du voyage

Lorsque j’évoque mes voyages ou mes projets, j’ai remarqué que les personnes en face de moi réagissent de diverses manières, cependant, certaines questions ou affirmations reviennent souvent. Et j’en ai entendu des vertes et des pas mûres… Voici les plus courantes.

1. « Tu as de la chance ! »

La réaction typique, un grand classique! Dés que vous faites quelque chose qui sors de l’ordinaire, c’est souvent ce que les gens vont vous dire, sans réellement réfléchir à ce que cela implique. Le voyage rime pour beaucoup avec liberté, insouciance, plaisir… En fait, en employant cette expression, les gens ne réfléchissent pas trop à sa signification j’ai l’impression.

Car, non, voyager n’est pas une question de chance, hormis celle d’être né dans un pays au niveau de vie qui me le permet. Non, c’est surtout un CHOIX, de la motivation, de la volonté et des sacrifices. Biensur il y a d’intenses points positifs. Mais c’est aussi renoncer, à être proche de ses amis et sa famille, à un avenir planifié, à un confort acquis, à multiplier les objets et possessions (accessoires !?)…

2. « Ce n’est pas la vraie vie ! Ce n’est pas la réalité ! »

Cette affirmation me laisse sans voix… C’est même désolant d’être si peu ouvert d’esprit… Qu’est ce que « la vraie vie » ? Où est le manuel pour une vie « normale » ? La vraie vie, c’est la vôtre, celle que vous créez à votre image et qui vous correspond, en dehors des pressions et des regards extérieurs. C’est tout. Le reste, c’est du vent si vous me permettez.

L’être humain, en plus de la peur de l’inconnu, a tendance à suivre la majorité sans réfléchir à d’autres possibilités, à d’autres options. C’est bien dommage. Mais d’un côté, tant mieux pour les autres ! Et puis, aussi tolérant que l’on soit en apparence, se confronter, voire se laisser déstabiliser par d’autres façons de mener sa vie, de percevoir le monde, de s’organiser, qui fonctionnent ou pas, cela dérange ; c’est se faire une certaine violence. Et tout le monde n’y est peut-être pas disposé.

3. « C’est dangereux! »

Oui, c’est plus risqué que de rester dans son canapé, c’est sûr! Partir seule ne signifie pas partir naïve et inconsciente des risques qui existent belle et bien. Mais ça peut aussi être le cas en se promenant en France dans certains quartiers. Voyager seule pousse à réfléchir, faire plus attention et anticiper davantage. Je ne me suis jamais sentie réellement en danger, même en Asie. C’est affirmation est avant tout liée à une peur de l’inconnu et à une méconnaissance de la réalité.

4. « Pourquoi faire, tu n’es pas bien là ? »

Le voyage est souvent associé à une fuite. Si on part, c’est forcément qu’on n’est pas bien là où on est… Si ça peut être la raison d’un premier voyage, c’est souvent la curiosité, l’envie de retrouver des sensations plus intenses et une excitation à découvrir l’inconnu qui poussent à repartir encore et encore. Ou à ne plus rentrer… 🙂 En France, partir sur de longues périodes est souvent considéré comme marginal car ce n’est tout simplement pas dans nos habitudes, contrairement aux pays anglo-saxons par exemple.

5. « Pourquoi tu ne pars pas 5 semaines, c’est pareil ! »

Non, c’est différent. Cinq semaines, c’est un espace de temps limité. Il faut plusieurs mois pour vraiment se déconnecter de notre quotidien et de nos repères et s’immerger dans l’ailleurs. Et quelle liberté de pouvoir rester deux jours ou une semaine dans un endroit où on se sent bien ! Prendre le temps et savourer l’instant, c’est simple mais devenu finalement rare dans une société où tout va bien trop vite!

6. « Tu voyages seule, tu ne t’ennuies pas ? »

Voyager en solo, c’est faire tomber les barrières avec les autres. On recherche davantage l’échange et le partage d’expériences. C’est un enrichissement mutuel. Il m’est arrivé de partager parfois une soirée, un moment éphémère avec des inconnus, parfois quelques jours lorsque les destinations sont communes. Non, vraiment, en voyage, on n’est jamais seul.

7. « Tu es riche ! »

La plus drôle peut-être. Non pas riche, je n’ai pas de loyer, je n’ai que quelques pulls dans mon sac et pas plus de 3 pantalons. Et jusqu’ici, j’ai réussi à trouver des petits jobs sur la route pour financer la suite de mon voyage. En vrai, je suis riche de bien plus de souvenirs, d’échanges et d’expériences… La notion de richesse est subjective!

8. « Voyager, pourquoi faire ? »

Bon… J’avoue que là, je perds ma motivation et tout envie de débattre… C’est sûrement la seule drogue qui devrait systématiquement être prescrite par tous les médecins 😉

  • Je m’appelle Fanny et j'ai 30 ans. Curieuse de nature, j'aime les sensations que procurent les voyages, la photographie, les jeux vidéos, dessiner, l'honnêteté et la couleur rouge :).Je débute une nouvelle aventure au Canada. Tu pourras suivre sur ce blog mes aventures et découvertes nord-américaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*